Shamballa Mania

Le shamballa, toute une histoire…

Souvent on en a l’image de ce bracelet tout en « boules à facettes » (même si « boules de strass » ou « pavés de strass en cristal » en est le nom réel) qui fût très à la mode au cours de l’été 2013. Et, généralement, les images qu’on en voit dans le commerce ne donnent guère envie de se lancer dans l’aventure de sa réalisation. Cet été là, j’étais pour la deuxième année consécutive en cure thermale à Brides-les-bains et je passais pas mal de mon temps, comme toujours là-bas, dans la petite mercerie du village. La mercière, toujours très active en terme de créations, m’avait proposé de me faire un petit atelier pour m’apprendre le shamballa.

J’ai donc commencé par la version très traditionnelle, à strass :

Bracelet shamballa traditionnel

Mais avec cette technique de macramé toute simple, on peut faire beaucoup d’autres choses, plus à mon goût, et j’aimerais vous présenter quelques unes de mes réalisations qui constituent des variations sur le thème du shamballa.

Déjà, avec des perles plus petites et une association chic de couleur (noir et blanc), on peut tout à fait faire un shamballa traditionnel qui a de l’allure, la preuve en image :

Bracelet shamballa noirs à petits strass

Ensuite, la version traditionnelle utilise des perles à strass, mais rien n’interdit d’utiliser des perles plus fines voire même semi-précieuses comme ici avec une petite perle d’améthyste :

Bracelet shamballa avec perles améthysite

ou encore plusieurs perles et un palet couleur olive peint à la main (mais pas par moi Dieu merci !) :

Shamballa avec un palet peint à la main

Et pourquoi toujours des perles ? Avec une intercalaire au centre d’où l’on fait partir les fils de base de chaque côté, ça peut aussi être très sympa :

Bracelet shamballa avec intercalaire coeur

et encore plus, je trouve, avec une intercalaire plus travaillée et un « tressage » bicolore :

Bracelets shamballas bicolores avec intercalaire fleur ancienne

Si on reste sur les perles on peut les intégrer directement dans les nœuds, pour en faire une bordure : Bracelet shamballa avec bordure de perles argentées

ou une petite touche brillante sur le dessus du bracelet :

Bracelet shamballa avec perles au-dessus

Et si on est féru de brillants, on peut « tresser » au-dessus d’une chaîne de strass :

Bracelet shamballa avec chaîne à strass

Pour ces différentes techniques je me suis inspirée du livre suivant :

Livre Bracelets bijoux shamballas

Hooghe, Christine. Bracelets & bijoux Shamballa. Fleurus, 2013

et également de celui-ci pour le modèle avec les perles sur le dessus  (il est utilisé dans ce livre pour un bracelet paracorde) :

Sohier-Fournel, Anne, Agnès Delage-Calvet, et richard Boutin. L’atelier des bracelets vol. 2. Paris: Marabout, 2015.

Sohier-Fournel, Anne, Agnès Delage-Calvet, et richard Boutin. L’atelier des bracelets vol. 2. Paris: Marabout, 2015.

Et comme j’en ai fait et refait et que l’une de mes passions dans la vie c’est transmettre, j’ai monté un atelier dans la bibliothèque jeunesse où je travaille actuellement :

Atelier shamballa à la bibliothèque

Atelier shamballa à la bibliothèque

Et pour les finitions, c’est la bibliothécaire qui s’y colle…

C’était une chouette expérience et je crois que les six jeunes filles présentes se sont bien amusées 🙂 Moi aussi d’ailleurs !

Quand le travail rejoint les passions personnelles, on passe un bon moment.

La prochaine fois, je tenterai peut-être l’expérience de l’atelier avec des amies autour d’un thé.

Voilà, mon petit article est fini, j’espère que j’ai pu vous montrer qu’avec cette technique on pouvait faire plein de bracelets sympas.

Edit : Je réalise que vous donner le lien d’un petit tuto pourrait être sympa. Je trouve que celui-ci est relativement clair : http://www.10doigts.fr/resources/produits/10177-PAS_A_PAS-001-shamballa.pdf Personnellement, je prends la mesure du poignet en comptant large (arrondi au cm au-dessus ou carrément en rajoutant entre 0,5 et 1 cm) puis je retire 2 cm qui correspondent à la longueur du fermoir. Je trace un segment de cette longueur sur ma plaque de soutien du bracelet et je marque les emplacements des perles en mettant toujours une perle au milieu (je n’utilise que des nombres impairs de perles). À partir de là, je commence mon « tressage » sur une des extrémités du segment et je m’arrête avant chaque emplacement de perle. Bon, c’est peut-être pas très clair, il faudrait que je me prévois la réalisation du « tuto shamballa façon Marion » mais c’est pas pour tout de suite…

Publicités

Autour de … les bagues en laiton 

Bague en laiton et perle façon murano d'après le tuto de Kafouillis

Bague en laiton et perle façon murano d’après le tuto de Kafouillis

Avec cette petite rubrique « Autour de … », j’aimerais vous présenter de temps à autres des sélections de tutoriels autour d’un thème donné.

Commençons aujourd’hui avec les bagues en laiton.

Avec un matériel très simple : du fil de laiton (ou de fer), une pince ronde, une pince coupante et, selon les modèles, une ou plusieurs perles, on peut réaliser de très jolies bagues.

De nombreux blogs, sites et chaînes youtube proposent des tutoriels pour créer de telles bagues. Je vous en ai sélectionné quelques uns. Petite précision : certains de ces tutos concernent des bagues de phalanges mais sont facilement adaptables en bagues « traditionnelles ».

Le premier que je vous présente est le tuto d’une bague en fils de fer et perle de Kafouillis. Le blog de Kafouillis est pour moi une mine de bonnes idées et d’articles sympathiques, j’espère pouvoir vous le présenter plus en détails une prochaine fois. Ici, Karine vous propose de réaliser des bagues avec deux fils de fer (un fin et un épais) et une perle : c’est tout simple et très joli.

Sur la chaîne youtube By isnata, c’est un autre style de bague en laiton avec une perle qui est présentée : cette fois, la perle est entourée de plusieurs rangs de laiton et il n’y a qu’un seul type de fil. Voici le lien du tuto en question. By isnata est une chaîne sur laquelle on trouve pléthore d’idées de DIY divers en déco, bijoux, cosméto. Une valeur sûre !
Et d’ailleurs elle n’a pas un mais deux tutos de bagues en laiton. Le deuxième montre comment faire des bagues « graphiques » rien qu’avec du fil. Vous aurez le choix entre une bague « flèche » et une bague « cœur ». C’est ici !

Sur le site de la boutique de vente en ligne Perles and co, vous trouverez trois tutoriels en un de bagues de phalanges en laiton qui me semblent facilement adaptables en bagues « traditionnelles ».

Dans la lignée des bagues de phalanges, la blogueuse Artlex vous propose également ses versions, à adapter également.

Et puis moi, j’aime bien bidouiller alors je me suis créé cette petite bague en 3 minutes : une spirale, 2 tours sur un stylo (ou un tube de rouge à lèvres) et re-une spirale :

Ma p'tite bague en 3 min chrono

Ma p’tite bague en 3 min chrono

Et voilà, plein d’idées de petits bijoux à créer pour s’occuper cet été !

Un week-end, 2 bracelets, 2 styles

image

En haut : un bracelet classe en twin beads et rocailles argentées, adapté du tuto « Manchette summer » de chez Matière Première. Au lieu de faire une manchette j’ai fait un seul des 5 bracelets avec un fermoir mousqueton.

En bas : un bracelet estival avec la technique de la chainette perlée du chouettekit collier n°2 version newport. En me servant de l’idée vue sur l’instagram de lafeeoisive (cette photo-ci), j’ai réalisé un bracelet multirangs. Petit plus du bracelet chouettekit : il fait aussi un très joli collier !

image

Alors ? Quelle version vous préférez ?

Steamswap : un swap steampunk créatif

J’ai longtemps voulu participer à des swaps, ça me fascinait mais je n’avais jamais eu l’occasion. Et voilà qu’Aurélie, une amie rencontrée en jeu de rôle grandeur nature, a organisé un swap de Noël. J’ai tellement apprécié cette première expérience que je me suis lancée à nouveau quand Aurélie a proposé un « steamswap », ainsi nommé car il s’agissait d’un swap sur la thématique du steampunk.

Si vous ne connaissez pas le mouvement steampunk, aussi appelé « rétrofuturisme », je vous conseille cet article du Monde : http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/02/20/qu-est-ce-que-le-steampunk_4578572_4408996.html

Aurélie propose des swaps avec un tout petit budget par rapport aux nombreux items que doit contenir notre colis, ceci pour nous pousser à créer, chiner, recycler. Je ne suis pas très douée pour chiner et recycler donc…je crée.

Je vous présente ici le colis que j’ai envoyé à ma swappée.

photo 1(1)

Et en détails, cela donne :

de quoi passer un bon moment de lecture

photo 1(3) photo 1(2)

des accessoires :

photo 3(1) photo 4(1) photo 5 photo 2(1)

une boîte à secret

photo 2(2)

Et une carte d’identité un peu « spéciale »

photo 3(2)  photo 4(2)  photo 5(1)

Et moi j’ai reçu un très très beau colis de la part de Linou Majorzero

photo(4):

Merci Aurélie pour ce swap  !!!! Et merci à ma swappeuse et à ma swappée !

Coucou c’est moi !

Et là j’entends la voix de ma collègue qui bosse en bibliothèque jeunesse « C’est qui tôôôôôaa, tu manges quoi tôôôôaa ? » avec la voix de « La grenouille à grande bouche »¹ (ou plus exactement celle qu’elle prend pour faire la grenouille).

Donc, bonjour, je m’appelle Marion (Bonjooooooour Marion), j’ai bientôt 30 ans et je mange…heu laissez tomber. Ma passion c’est ce qu’on appelle aujourd’hui le « DIY » soit « Do it yourself » ou plus exactement les loisirs créatifs. Avec un gros coup de cœur depuis pas mal d’années pour les bijoux fantaisie. Puis j’ai repris le tricot, appris le crochet, je débute en couture…Bref, j’adore faire tout un tas de bricoles avec des perles, des aiguilles, du fil, de la peinture et je teste toutes sortes de choses : la résine, le décopatch, les doubles brides en crochet, etc. Je suis assez éclectique dans mes pratiques. Et d’ailleurs, j’ai plein d’autres passions aussi, par exemple le cabaret burlesque, le jeu de rôle grandeur nature, l’opéra. Éclectique ai-je dit ?

Je crée ce blog pour partager ma (mes) passion(s). J’espère que vous apprécierez embarquer pour ce petit voyage où l’on vit « de perles et d’eau fraîche » 😉

Allons, mettons nous en route moussaillons !

1. Vidal, Francine, et Elodie Nouhen. La  grenouille à grande bouche. Paris, France: Didier jeunesse, 2009.